Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La louange est à Allah. Nous Le louons. Nous demandons qu'Il nous aide et qu'Il nous maintienne sur la voie de droiture. Nous Le remercions et nous recherchons Sa protection contre le mal de nos âmes. Certes, celui que Allah guide, nul ne peut l'égarer et celui que Allah égare, nul ne peut le guider. Je témoigne qu'il n'est de dieu que Dieu, l'Unique, Qui n’a ni associé ni semblable ni égal et je témoigne que notre maître, notre bien-aimé, notre chef, notre guide, la joie de nos yeux, Mouhammad est Son esclave, Son messager, Son élu et la créature qu'Il agrée le plus. Que Allah l'élève davantage en degrés, lui ainsi que tous les Messagers.

Esclaves de Allah, je vous recommande, ainsi qu'à moi-même, la piété à l’égard de Allah Al-^Aliyy Al-Qadir, Qui dit dans Son Livre honoré : [Sourat ‘Ali ^Imran/102] : Ya ‘ayyouha l-ladhina amanou t-taqou l-Laha haqqa touqatihi wa la tamoutounna illa wa antoum mouslimoun ), ce qui signifie : « Ô vous qui avez cru, faîtes preuve de piété à l’égard de Allah, en accomplissant toutes les obligations et vous gardant de tous les interdits et tâchez de mourir musulmans ».

Sachez que les compagnons, que Allah les agrée, recherchaient les bénédictions par les traces du Prophète salla Allahou ^alayhi wa sallam au cours de sa vie et après sa mort. Les musulmans n'ont cessé de suivre cette voie jusqu'à nos jours. On connaît la licéité (le caractère licite) de cette pratique par les actes du Prophète salla Allahou ^alayhi wa sallam puisqu'il a partagé ses ongles ainsi que ses cheveux lorsqu'il s'est fait raser la tête lors du pèlerinage d'adieu.

Le partage de ses cheveux a été cité par Al-Boukhariyy et Mouslim d'après le hadith de 'Anas. Dans la version de Mouslim, 'Anas a dit : "Une fois accompli le lancer à Jamratou l-^Aqabah, l'égorgement de son offrande, lorsqu'il accomplissait le rasage, le Prophète a tendu au barbier la partie droite de sa tête ; celui-ci l'a rasée, puis il a appelé Abou Talhah Al- 'Ansariyy et lui a donné les cheveux. Ensuite, il a tendu au barbier la partie gauche de sa tête et lui a dit : (‘ihliq) ce qui signifie : "Rase". Il a donc rasé. Il a alors donné les cheveux à Abou Talhah et lui a dit :  (‘iqsimhou bayna n-nas) ce qui signifie : "Distribue-le aux gens". Dans une version, rapportée par Mouslim également : "Il a donc commencé par la partie droite et fait distribuer aux gens ses cheveux un par un et deux par deux".

Ensuite, il lui dit de faire de même pour la partie gauche et ensuite, il a dit : (hahouna ‘Abou Talhah) ce qui signifie : "Viens ici Abou Talhah" et il les a remis à Abou Talhah".

Dans une autre version, rapportée également par Mouslim, le Prophète salla Allahou ^alayhi wa sallam a dit au barbier : (ha) ce qui signifie : "Ici" et il a montré de sa main le côté droit. Il a distribué ses cheveux entre ceux qui se trouvaient auprès de lui. Puis, il a indiqué au barbier son côté gauche et ce dernier l'a rasé. Il a donné les cheveux à 'Oummou Soulaym. La signification du hadith, c'est qu'il en a distribué lui-même une partie aux gens qui étaient à ses côtés et en a donné à Abou Talhah pour qu'il les distribue aux autres, tout comme il en a donné une partie à 'Oummou Soulaym. Il y a donc dans ce hadith l’incitation à faire le tabarrouk –la recherche des bénédictions– par les traces du Messager. Il a distribué une parti de ses cheveux aux gens afin qu'ils recherchent des bénédictions, qu'ils demandent l'intercession à Allah par ce qui provient de leur Prophète et afin qu'ils recherchent par cela l'agrément de Allah. Il les leur a distribués pour que ces traces physiques soient une bénédiction qui reste parmi eux.

Ensuite, ceux à qui Allah a accordé la félicité ont suivi les compagnons dans leur pratique de la recherche des bénédictions par ses traces physiques salla Allahou ^alayhi wa sallam et les gens du Khalaf ont tenu cela des gens du Salaf.

Quant au partage des ongles, l'Imam Ahmad a rapporté dans son Mousnad que le Prophète salla Allahou ^alayhi wa sallam s'est coupé les ongles et les adistribués aux gens et il est connu que cela n’était pas pour que les gens les mangent mais pour qu’ils en recherchent les bénédictions (tabarrouk).

S'agissant de sa tunique longue (joubbah) salla Allahou ^alayhi wa sallam, Mouslim a rapporté dans son Sahih du Mawla de 'Asma' Bintou Abi Bakr qu'il a dit : « Elle nous a présenté une tunique longue (joubbah), dont l'encolure était ornée de brocart et les emmanchures ourlées ; elle a dit : c'est la tunique longue du Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam ; elle se trouvait chez ^A'ichah ; lorsqu'elle est morte, je l'ai récupérée. Le Prophète salla Allahou ^alayhi wa sallam la portait ; nous la lavons pour les malades et nous cherchons par elle la guérison ; et dans une autre version : Nous la lavons pour le malade parmi nous. »

Il est rapporté de Handhalah Ibnou Hadhyam qu’il a dit : Je suis allé avec mon grand père Hadhyam chez le Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam. Il a dit : "Ô Messager de Allah, j'ai des petits-fils qui ont des barbes et d'autres qu’eux et celui-là est le plus jeune d'entre eux. Il m'a rapproché du Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam qui a passé sa main sur ma tête et m'a dit : (Baraka l-Lahou fika) ce qui signifie : "Que Allah te bénisse".

Adh-Dhayyal a dit : "J’ai vu qu’on faisait venir à Handhalah l'homme dont le visage est tuméfié ou la brebis dont le pis est enflé ; il disait : Bismi l-Lah en posant sa main sur l'endroit touché par la main du Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam puis il passait la main et la tumeur disparaissait". Ceci est rapporté par At-Tabaraniyy dans Al-'Awsat et Al-Kabir avec des termes similaires ainsi que l'Imam Ahmad dans un long hadith et les hommes de la chaîne de transmission de Ahmad sont dignes de confiance.

Il est rapporté de Thabit qu'il a dit : "Lorsque j'allais voir 'Anas, on l'informait de mon attente, j'entrais et je prenais ses mains et je les embrassais et je disais : Par mon père, ces deux mains qui ont touché le Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam ! Et j'embrassais ses yeux et je disais : Par mon père, ces deux yeux qui ont vu le Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam !" Ceci a été rapporté par Abou Ya^la et les hommes de sa chaîne de transmission sont du degré du sûr, mis à part ^Abdou l-Lah Ibnou Abi Bakr Al-Maqdimiyy qui est digne de confiance.

Il est rapporté de Dawoud Ibnou Abi Salih qu’il a dit : "Marwan –c’est-à-dire Marwan Ibnou l-Hakam– est arrivé un jour et a trouvé un homme posant son visage sur la tombe du Prophète. Il lui a dit : "Sais-tu ce que tu es en train de faire ?!" Quand il est arrivé auprès de lui, il a vu qu'il s'agissait de Abou 'Ayyoub. Il lui a alors dit : "Oui, je suis venu pour le Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam et je ne suis pas venu pour la pierre. J'ai entendu le Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam dire : (la tabkou ^ala d-dini ‘idha waliyahou ‘ahlouhou wa lakin ibkou ^alayhi ‘idha waliyahou ghayrou ‘ahlih) [rapporté par Ahmad et At-Tabaraniyy dans Al-Kabir et Al-'Awsat] ce qui signifie : "Ne vous tourmentez pas pour la religion si ceux qui s'en chargent ont la capacité de s'en charger. Mais tourmentez-vous pour elle si ce sont ceux qui n'en ont pas la capacité qui s'en chargent".

Al-Bayhaqiyy a rapporté dans Dala’ilou n-Noubouwwah et Al-Hakim dans Al-Moustadrak ainsi que d'autres, avec une chaîne de transmission, que Khalid Ibnou l-Walid avait perdu sa toque le jour de la bataille du Yarmouk. Il a dit : "Mettez-vous à sa recherche". Mais ils ne l'ont pas trouvée. Puis ils se sont remis à sa recherche et l'ont finalement retrouvée. Khalid a dit : "Le Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam a fait une ^Oumrah et s'est rasé le crâne. Les gens ont alors pris les cheveux des côtés et je les ai précédés pour la mèche du haut du front. Je l'ai placée dans cette toque. Je n'ai pas été présent lors d'une bataille, l'ayant sur moi sans que la victoire ne me soit accordée". Cette histoire est sûre tout comme l’a indiqué le Chaykh Habibou r-Rahman Al-‘A^dhamiyy dans ses remarques sur Al-Matalibou l-^Aliyah ; il a dit : Al-Bousiriyy a dit que cette histoire a été rapportée par Abou Ya^la avec une chaîne de transmission sûre et Al-Haythamiyy a dit qu’une version analogue a été rapporté par At-Tabaraniyy et Abou Ya^la et les hommes de leurs chaînes de transmission sont tous du degré du sûr. Fin de citation.

Il n'y a donc aucune considération à donner à la prétention de ceux qui renient l'invocation par le degré des créatures (tawassoul) et la recherche des bénédictions (tabarrouk) par ses traces physiques honorées salla Allahou ^alayhi wa sallam.

Voici mes propos et je demande à ce que Allah me pardonne ainsi qu’à vous.
Tag(s) : #Divers

Partager cet article

Repost 0