Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Première Partie

Louanges à Allah Seigneur des mondes, que Allah honore et élève davantage en degré notre maître Mouhammad et qu'Il préserve sa communauté de ce que le Prophète craint pour elle.


 

Chers bien-aimés musulmans, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Allah Al-^Aliyy Al-^Adhim, de persévérer sur la voie tracée par le Qour’an honoré et d’œuvrer conformément à sa Loi. C’est la voie qui mène au salut au Jour Dernier où ni les biens ni les enfants ne seront profitables sauf pour celui qui viendra avec un coeur préservé de toute mécréance.

 

Le salut au Jour du Jugement aura lieu grâce à la fin heureuse. L’entrée au Paradis s’effectuera pour celui qui aura une fin heureuse. L’Imam Mouslim a rapporté que ^Abdou l-Lah Ibnou l-^Abbas que Allah les agrée tous les deux, a dit : « Le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam est arrivé à Médine l’Illuminée,a trouvé des mécréants parmi les fils de Isra’il qui accomplissaient le jeûne de ^Achoura. Ils furent interrogés à ce sujet. Ils répondirent : « C’est en ce jour que Allah a donné la victoire à Mouça et aux fils de Isra’il sur Pharaon aussi nous jeûnons ce jour afin de le magnifier ». Alors, le Prophète sallah l-Lahou ^alayhi wa sallam dit : ( nahnou awla bi-mouça minkoum), ce qui signifie : « Nous sommes plus proches de Mouça que vous ».

 

C’est alors que le Messager de Allah ordonna aussitôt de le jeûner. Comme l’a rapporté Al-Boukhariyy mes bien-aimés musulmans, dans le hadith du Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, (al-an’biya’ou ikhwatoun li^allat, dinouhoum wahid wa oummahatouhoum chatta wa ‘ana awla nnas bi-^Iça bni Maryam layça bayni wa baynahou nabiyy), ce qui signifie : « Les prophètes sont comme des frères de mères différentes. Leur religion est la même, [c’est l’Islam] et leurs lois sont différentes. Je professe la même religion que ^Iça, fils de Maryam et il n’y a pas de prophète entre lui et moi ».

 

Les prophètes sont comme des frères de mères différentes. Ce sont des frères qui ont un même père et des mères différentes. Le Prophète ^alayhi s-salatou wa s-salam a assimilé ainsi, les prophètes. Puisque les prophètes ont la même religion, leur croyance est la même. Ils sont tous venus avec l’Islam qui est la religion agréée par Allah pour ses créatures. Les lois des prophètes sont multiples tout comme les frères « li^allat » ont des mères différentes. Puis le Prophète a ajouté : « Je professe la même religion que ^Iça le fils de Maryam plus que tout autre, il n’y a pas entre lui et moi, de prophètes. Le prophète ^alayhi s-salatou wa s-salam a dit aux mécréants parmi les fils de Isra’il qui étaient en train de jeûner le jour de ^Achoura’, ce qui signifie : « Nous sommes plus proche de Mouça que vous».

 

En effet, ces mécréants parmi les fils de Isra’il ont démenti Mouça^alayhi s-salam, Ils n’ont pas cru en lui.. Ils n’ont pas cru en sa loi et l’ont même calomnié. Ils ont attribué mensongèrement des paroles à Mouça. Ils ont dit que Mouça leur avait dit de ne croire à aucun autre prophète après lui. Ils ont aussi démenti le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam. Ils avaient d’ailleurs démenti auparavant, ^Iça fils de Maryam ^alayhi s-salatou wa s-salam.

 

C’est donc ces mécréants parmi les fils de Isra’il que le Messager de Allah salla l-lahou ^alayhi wa sallam a trouvé à Médine l’Illuminée en train de jeûner le jour de ^Achoura’, le dixième jour de Mouharram, premier mois de l’année de l’Hégire.

 

Le récit est que Mouça ^alayhi s-salam a lançé à Pharaon. Le Seigneur lui a révélé ainsi qu’à son frère Haroun ^layhi s-salam d’aller auprès de Pharaon qui était injuste et de lui adresser de douces paroles afin que Pharaon fasse preuve de discernement et qu’il craigne Dieu. Mais Pharaon n’a pas cru en Allah, comme Seigneur ni en Mouça comme prophète et messager ni en l’Islam comme religion. Il disait plutôt : « Je n’ai pas connu pour vous, d’autre Dieu que moi ». Il disait à son peuple : « Je suis votre Seigneur ». Il fit preuve d’injustice et il mécrut. Allah ta^ala écrasa alors les tyrans et les contraignit par la mort. Que s’est-il produit ? Mouça, le fils de ^Imran, s’engagea dans la mer rouge. Il avait auparavant frappé de son bâton la mer. Aussitôt, la mer se dressa de chaque côté comme une grande montagne et des chemins de terre ferme se formèrent devant lui.

 

Notre maître Mouça ^alayhi s-salam était accompagné de 600 000 musulmans. Lorsque Pharaon, ses soldats et les mécréants rattrapèrent Mouça, leur nombre était de 1 600 000 hommes. Lorsque Pharaon les rattrapa, il vit devant lui une terre ferme entre deux montagnes d’eau. Il s’est engagé à son tour sur le chemin de terre ferme c’est alors que sur ordre de Allah, la mer se referma sur elle même engloutissant Pharaon. Allah fit noyer Pharaon et ceux qui étaient avec lui. Les hommes qui étaient avec lui mais que ne s’étaient pas engagés prétendirent que Pharaon n’était pas mort noyé aussi Allah leur fit voir son cadavre, gonflé flottant sur l’eau. Pharaon était mort. Avant qu’il ne succombe à la noyade, il avait dit : « Je crois en Celui en qui ont cru les fils de Isra’il et je suis au nombre des musulmans » mais il avait dit cela après avoir perdu tout espoir de vivre. Allah ta^ala (al-‘ana wa qad ^asayta qabl wa idh farqana bikoumou l-bahra fa ‘anjaynakoum wa aghraqna ‘ala fir^awna wa ‘antoum tandhouroun), ce qui signifie : « Est-ce maintenant que tu dis cela, alors que tu étais mécréant ». Ceci c’est passé le jour de ^Achoura’

Nous demandons à Allah ^azza wa jall de faire en sorte que nous soyons de ceux qui, lorsqu’ils écoutent les paroles suivent le meilleur de ce qu’ils écoutent. Je dis mes propos et je demande que Allah me pardonne ainsi qu’à vous.

 

Tag(s) : #Discours vendredi

Partager cet article

Repost 0