Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prières surrérogatoires nocturne durant Ramadan


La louange est à Allah et que Allah honore et élève davantage en degré notre maître Mouhammad.

Mes frères de foi,

Allah ^azza wa jall dit : (tatajafa jounoubouhoum ^ani l-madaji^i yad^ouna Rabbahoum khawfan wa tama^an wa mimma razaqnahoum younfiqoun ; fala ta^lamou nafsoun ma ‘oukhfiya lahoum min qourrati ‘a^younin jaza’an bima kanou ya^maloun) [sourat As-Sajdah / 16-17] ce qui signifie : “Leur corps évite les lits ; ils invoquent leur Seigneur par crainte et par espoir, et ils dépensent dans la voie agréée par Allah de la subsistance que Nous leur octroyons. Aucune âme ne sait ce qui leur a été réservé et caché parmi ce qui fait la jouissance des yeux et ce en récompense de ce qu’ils
faisaient”.


Il dit ^azza wa jall : (qalilan mina l-layli ma yahja^oun ; wa bi l-‘as-hari houm yastaghfiroun) [sourat Adh-Dhariyat / 17-18] ce qui signifie : “Ils dormaient peu de temps dans la nuit ; et dans les moments précédents l’aube (as-sahar), ils demandaient pardon”.

Il est rapporté dans un hadith d’après Abou Hourayrah que Allah l’agrée, que le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit : (‘afdalou s-salati ba^da l-maktoubati qiyamou l-layl) [rapporté par Mouslim] ce qui signifie : “La meilleure prière après celle qui est prescrite, est celle de la veillée des nuits”.

Sache que veiller en faisant des invocations, en faisant des prières ou en récitant al-Qour’an est l’habitude des gens vertueux, surtout pendant le mois béni de Ramadan et plus précisément au cours des dix dernières nuits de ce mois. En effet, il a été rapporté dans les deux recueils Sahih de Al-Boukhariyy et Mouslim, d’après ^A’ichah : “Lorsqueles dix dernières nuits de Ramadan commençaient, le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam attachait son vêtement autour de la taille, veillait les nuits et réveillait sa famille.” En cela il y a un signe qui montre combien il est important de fournir des efforts dans l’obéissance à Allah et dans les oeuvres de bienfaisance, surtout pendant les dix dernières nuits de ce mois béni. Que la personne veille donc à y gagner davantage de récompenses en jeûnant le jour et en faisant des prières la nuit. Qu’elle veille aussi à
accomplir la prière de as-soubh et celle de al-^icha’ en assemblée, tant il y a de bénédictions éminentes en cela.

L’Imam Malik a rapporté dans Al-Mouwatta’ : « Il m’est parvenu que Ibnou l-Mouçayyib dit : “Celui qui assiste à la prière de al-^icha’ la nuit de la destinée (c’est-à dire en assemblée) aura gagné sa part parmi les bienfaits de cette nuit.” »

Celui qui au cours de la nuit accomplit beaucoup de prières, récite al-Qour’an et évoque abondamment le nom de Allah aura gagné d’éminentes récompenses et aura suivi l’exemple du Maître de l’humanité, notre Maître Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wa sallam. Il a été rapporté que le Prophète s’endormait après la prière de al-^icha’, qu’il se levait une fois la première moitié de la nuit écoulée, priait, puis se rendormait, qu’ensuite il se relevait et priait à nouveau.

Il est rapporté dans le Sahih de Mouslim, d’après Houdhayfah, que Allah l’agrée, qu’il a accompli la prière avec le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam qui y a récité Al-Baqarah, ‘Ali ^Imran et An-Niça’ durant une même rak^ah. Dans le recueil de Al-Boukhariyy, d’après ^A’ichah que Allah l’agrée, elle a dit : “Le Prophète priait dans la nuit treize rak^ah y compris al-witr.” Dans les deux recueils, le Sahih de Al-Boukhariyy et celui de Mouslim, il est également rapporté que ^A’ichah a dit : “Le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam accomplissait entre la prière de al-^icha’ et celle de al-fajr onze rak^ah et terminait par as-salam toutes les deux rak^ah. Et il finissait le tout par une rak^ah”.

Il apparaît ici le grand mérite des prières surrérogatoires nocturnes. C’est là chose ô combien honorable car il s’agit d’une tradition (sounnah) parmi les traditions du prophète. Pour cela, bonheur à celui qui a agi ainsi et a profité de ce mois en particulier en y accomplissant beaucoup de prières la nuit. La vie de chacun de nous s’achemine vers sa fin : que l’on se hâte d’y accomplir des bonnes actions, pour soi-même. Redouble d’efforts, ô mon frère musulman, pour ta propre personne. Accomplis des bonnes actions pour être récompensé en conséquence : observe ce que tu as fait et jusqu’où tu as avancé à ce jour et tout ce que tu as préparé pour la vie de l’au-delà. Où te situes-tu par rapport aux gens vertueux et ceux qui ont atteint la sainteté ? Observe celui qui est au-dessus de
toi en degré pour te comparer à lui afin que ta bonne volonté pour l’obéissance augmente.

Il a été rapporté que certains Salaf terminaient la récitation du Qour’an toutes les trois nuits de Ramadan et certains le terminaient toutes les sept nuits. Les Salaf récitaient le Qour’an pendant le mois de Ramadan dans la prière et en dehors de la prière.

Ibrahim An-Nakh^iyy récitait tout le Qour’an en deux nuits de Ramadan et surtout au cours des dix dernières nuits du mois. Ach-Chafi^iyy terminait la récitation du Qour’an soixante fois au cours de Ramadan.

On rapporte que Wahib Ibnou l-Warah a dit : « On a dit à un homme : “Tu ne dors pas ?” Il a répondu : “Les merveilles du Qour’an ont retardé mon sommeil” ».

Dans le recueil Al-Mouwatta’, il est rapporté que notre maître ^Oumar Ibnou l-Khattab, que Allah l’agrée, priait la nuit autant que Allah le veut jusqu’à ce que se soit la moitié de la nuit se fût écoulée. Là, il réveillait sa famille pour la prière et il leur disait : “La prière ! la prière !” Et, il récitait la ‘ayah 132 de sourat Taha : (wa’mour ‘ahlaka bis-salati wastabir ^alayha) ce qui signifie : “Et commande à ta famille la prière et persévère à faire de même”.

Notre maître ^Outhman Ibnou ^Affan, que Allah l’agrée, priait dans la nuit et, il terminait la récitation de tout le Qour’an dans une rak^ah.

On rapporte que la femme de Habib Abou Mouhammad lui disait quand il faisait nuit : “La nuit est presque finie et devant nous il y a un chemin très long mais nous n’avons que peu de vivres. Et les caravanes des gens vertueux ont pris la route avant nous, quant à nous, nous sommes restés”.

Le poète dit : “Ô toi qui dors la nuit, combien de temps vas-tu dormir ? Lève-toi mon bien-aimé, car le rendez-vous est à deux doigts de te parvenir ! Prends de la nuit et de ses moments une habitude de prières pour lesquelles tu veilles, pendant que les dormeurs sont gagnés par le sommeil ! Celui qui dort toute la nuit jusqu’à la fin n’arrivera pas à ses fins, à moins qu’il se lève et se fatigue pour cela”.

Un autre a dit : “Ô âme, Gare à toi ! Aide-moi avec une action de ta part pendant la nuit obscure. Puisses-tu gagner au Jour dernier une vie paisible dans ces endroits très hauts.” Que Allah agrée les Salaf vertueux tant leur bonne volonté et leur piété étaient solides. Ils ont agi pour gagner le Paradis comme s’ils le voyaient, et ils ont redouté l’enfer comme s’il était face à leurs yeux. Avec l’accomplissement des obligations de façon parfaite, à savoir la connaissance religieuse, la prière, le jeûne, l’éloignement des péchés, leur bonne volonté les ont amenés vers d’autres sortes d’obéissances, et vers davantage d’adorations surérogatoires. N’est-il pas rapporté dans le hadith qoudsiyy que Allah a dit : (man ^ada li waliyyan faqad ‘adhantouhou bi l-harb ; wa ma taqarraba ‘ilayya ^abdi bichay’in ‘ahabba ‘ilayya mimma ftaradtou ^alayh ; wa la yazalou ^abdi yataqarrabou ‘ilayya bi n-nawafili hatta ‘ouhibbah) ce qui signifie : “Celui qui est hostile à un de Mes waliyy (saints), Je le mets en garde. Et, jamais Mon esclave ne s’est rapproché davantage de Mon agrément par un acte plus agréé par Moi que ce que Je lui ai rendu obligatoire. Et, à force que Mon esclave
se rapproche de Mon agrément par des adorations surérogatoires, Je l’agréerai”. Ce hadith est rapporté par Al-Boukhariyy d’après Abou Hourayrah.

Ils se sont adonnés aux actes d’adorations surérogatoires, dont un des plus éminents est la prière de nuit. On rapporte, dans certains livres, qu’une mère avait deux fils. Tous les trois priaient toute la nuit en partageant la nuit entre eux. La mère priait pendant un tiers de la nuit et récitait ce qu’elle pouvait du Qour’an. Ensuite, le premier fils se levait pour prier pendant le deuxième tiers de la nuit et il y récitait ce qu’il pouvait du Qour’an. Enfin, le deuxième fils se levait pour prier pendant le troisième tiers de la nuit et y réciter ce qu’il pouvait du Qour’an. Lorsque la mère décéda, les deux fils se sont partagèrent la récitation du Qour’an dans la nuit. L’un récitait la moitié du Qour’an au cours d’un tiers de la nuit et l’autre récitait la seconde moitié pendant un autre tiers de la nuit. Plus tard, l’un des deux frères mourut, le second ne voulut pas qu’il fut renoncé à la récitation du Qour’an en entier chaque nuit dans la maison, alors il se mit à prier toute la nuit, et il termina à lui seul la récitation du Qour’an chaque nuit. Allah est exempt de toute imperfection et Il agrée les saints vertueux.

Celui qui veut gagner le Paradis, qu’il abandonne la négligence et qu’il se lève au cours de la nuit obscure pour bénéficier du Qour’an et de sa lumière intense. Et qu’il fasse succéder jeûne après jeûne car cette vie va à la fin de son existence.

Musulman mon frère, saisis ce grand bien surtout au cours de ces jours bénis. Il a été dit : “Ramadan qui est la terre de semence est arrivé, augmente alors tes oeuvres de biens et méfie-toi de la corruption. Accomplis ses droits par la parole et par l’action. Quant à ton viatique pour ta vie de l’au-delà, choisis-le rapidement. Car celui qui sème les grains et qui ne les arrose pas gémira de regret, le jour de la moisson”.

Croyant, efforce-toi de gagner pour ta propre personne l’accomplissement d’une oeuvre de bien, en conséquence de quoi tu seras rétribué en bien, le jour où ni biens ni enfants ne seront utiles, sauf pour une personne qui est arrivée à la présentation des actes par Allah avec un coeur sain et sauf de toute mécréance.

Pour finir, il est utile de rappeler que parmi les choses qui te faciliteront l’accomplissement des prières la nuit, il y a le fait de ne pas multiplier les péchés durant le jour. En effet, la multiplication des péchés durant le jour endurcit le coeur. Méfie-toi donc du péché car il aboutit à rendre l’âme malade. Il a été rapporté qu’un homme dit à l’Imam Al-Haçan Al-Bisriyy que Allah l’agrée : “Je n’arrive pas à faire des prières la nuit, alors désigne-moi un remède. Il lui dit : Ne désobéis pas le jour et c’est Lui, Allah, Qui te permettra de prier à la recherche de Son agrément la nuit”.

Il y a les longs moments de méditation en se rappelant la mort et les terribles évènements du Jour dernier. Il y a encore, l’amincissement de l’espérance en la vie d’ici-bas, et le fait de savoir que la vie d’ici-bas va vers sa propre disparition et qu’il nous faut y faire provision d’oeuvres pieuses qui nous seront utiles demain au Jour dernier. Il ne faut pas que la personne soit paresseuse car la vie d’ici-bas est la terre de semence de la vie de l’au-delà.

Notre maître ^Aliyy que Allah l’agrée a dit : “La vie d’ici-bas a commencé le voyage et elle s’éloigne de nous. Et la vie de l’au-delà a commencé le voyage et elle se rapproche de nous. Soyez alors parmi les enfants de la vie de l’au-delà et ne soyez pas parmi ceux de la vie d’ici-bas. Aujourd’hui, il y a les oeuvres sans présentation d’actes, et demain il y aura la présentation des actes et il n’y aura pas d’oeuvres”.

Ô Allah fais-nous parvenir à la mort en étant musulmans et fais-nous rejoindre les gens vertueux et louanges à Allah, Seigneur des mondes.

Tag(s) : #Ramadan

Partager cet article

Repost 0