Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

RAMADAN

Je vous recommande de vous attacher aux ordres de Allah et de suivre la voie de notre Prophète honoré en vous préparant pour le jour de la station éminente, ce jour où ni les biens ni les enfants ne seront d'aucun secours et où seul, celui qui viendra avec le coeur pur de toute mécréance sera sauvé.

Nous accueillons un mois éminent et béni qui est le mois de Ramadan honoré. Allah ta^ala dit  : (ya‘ayyouha l-ladhina ‘amanou koutiba ^alaykoumou s-siyamou kama koutiba ^ala l-ladhina min qablikoum la^allakoum tattaqoun) .

ce qui signifie :  « Ô vous les croyants ! Le jeûne vous a été prescrit comme il l'a été à vos prédécesseurs, puissiez-vous atteindre la piété ! » [sourat Al-Baqarah / 183]

Le jeûne de Ramadan a été rendu obligatoire au mois de Cha^ban de la deuxième année de l'Hégire. Le jeûne de Ramadan a été décrété obligatoire par un hadith du Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam et nous savons combien est grande sa récompense. C’est par le texte prophétique que nous savons également comment le début du mois est confirmé et comment le mois est terminé.

Le Prophète salla Allahou ^alayhi wa sallam a dit : (soumou lirou’yatihi wa ‘aftirou lirou’yatihi fa’in ghoumma ^alaykoum fa’akmilou ^iddata cha^bana thalathina yawma)

ce qui signifie : « Commencez le jeûne à la vue du croissant de lune et terminez-le à la vue du croissant. Si l'observation n’a pas été possible à cause des nuages ou autre, alors poursuivez le compte de Cha^ban à trente jours » [rapporté par Ahmad].

Comment convient-il que le musulman accueille le mois de Ramadan ?

Les mois lunaires sont au nombre de douze. Le début et la fin de chacun des mois lunaires sont connus par l'observation du croissant de lune. Les prédécesseurs tout comme les générations suivantes ont gardé cette voie et y ont persévéré avec constance. Les jurisconsultes ont décrété à partir des textes qu'il n'est pas permis de se fier à la parole d’un astronome qui se base sur les calculs pour déterminer l’apparition du croissant de lune de Ramadan. Par conséquent, la nuit qui précède le trentième jour de Cha^ban, les musulmans observent le croissant de lune de Ramadan.

S’ils le voient, le jeûne est confirmé pour le lendemain, mais si l'observation n'a pas été possible, ils poursuivent le compte de Cha^ban à trente jours.

Il y a dans l'école de l'Imam Abou Hanifah une facilité pour les musulmans : si le croissant de Ramadan a été observé en Orient, il est permis aux gens de l'Occident, du Nord et du Sud de jeûner en se basant sur l'observation des gens de l'Orient.

Par conséquent, si un musulman ^adl –digne de confiance– a vu le croissant de Ramadan en Amérique du Nord, il nous est permis selon l'école de l'Imam Abou Hanifah de jeûner en se basant sur l'observation de ce musulman. Il est donc indispensable de chercher à observer le croissant de Ramadan. Après le coucher du soleil du vingt-neuf Cha^ban (qui correspond cette année au mardi 11 septembre), il convient de s'assurer que le croissant a été vu ou non avant de
s'endormir, car si quelqu’un se réveille le matin de Ramadan et trouve les musulmans en train de faire le jeûne sans avoir fait l'intention pendant la nuit, son jeûne n'est pas compté pour lui.

Il est donc indispensable de s’assurer de l’observation du croissant de lune de Ramadan, et on peut se
baser pour cela sur la parole de quelqu'un qui est digne de confiance.

En revanche, se fier aux calculs des astronomes pour la détermination du début du mois, est en contradiction claire et explicite avec ce qu'a dit le Messager de Allah salla Allahou ^alayhi wa sallam : (soumou lirou’yatihi wa ‘aftirou lirou’yatihi fa’in ghoumma ^alaykoum fa’akmilou ^iddata cha^bana thalathina yawma)

ce qui signifie : « Commencez le jeûne à la vue du croissant de lune et terminez-le à la vue du croissant. Si l'observation n’a pas été possible à cause des nuages ou autre, alors poursuivez le compte de Cha^ban à trente jours ».

Quel doit être notre état durant le mois de Ramadan, mois d’abondance, d'obéissance et d'effort ?

Tout d’abord, il est indispensable de prendre connaissance de la règle religieuse selon laquelle est excusé (ma^dhour) celui qui a été occupé par les obligations de sorte que cela l’a empêché de pratiquer les surérogatoires. Quant à celui qui a manqué ses obligations parce qu’il a pratiqué des actes surérogatoires, il est prétentieux (maghrour).

Il est important de se repentir à Allah ta^ala durant le mois de Ramadan, pendant Cha^ban, Chawwal et n’importe quel jour de l'année durant sa vie. Il est important de cesser de faire les actes blâmables et illicites, de persévérer à les éviter et d’avoir la ferme volonté de ne pas récidiver afin que soient réunies les conditions du repentir.

Mes frères de foi, celui qui a été occupé par ce qui est obligatoire et n'a pas pratiqué les actes surérogatoires est excusé.
Par conséquent, celui qui a su de lui-même qu'il a des prières obligatoires à rattraper, qu'il ne s'occupe pas de réciter des ‘ayah du Qour'an honoré jour et nuit, ni d’accomplir des prières surérogatoires, ni de veiller des nuits de Ramadan sans rattraper les obligations qu'il a manquées auparavant sans excuse. En effet, celui qui veut s'attacher à la Religion, il est indispensable qu'il apprenne comment y parvenir. Il est indispensable qu'il apprenne comment obéir avant de
d'occuper son temps à réciter le Mous-haf jour et nuit, alors qu'il n'a même pas appris la manière de réciter le Qour'an, par transmission orale auprès de gens de science et de connaissance.

Il y a de cela quelques années, un homme a voulu passer un examen afin d'assurer la fonction d'imam dans une mosquée. L'enseignant qui faisait passer l’examen lui a ouvert le Moushaf
afin qu'il lise depuis sourate Ad-Doukhan. Or au lieu de dire : « ha mim », cet homme a dit : « him ». Il ne savait pas réciter le Qour'an. Est-ce qu'on va dire qu'ayant fait un effort de jurisprudence, il s'est trompé et n’aura qu’une seule récompense au lieu de deux ? Non, son erreur de récitation n’est pas une obéissance à Allah, par conséquent, elle ne peut pas être un acte qui le rapproche de l'agrément de Allah ta^ala, ni dans le mois de Ramadan ni en dehors du mois de Ramadan.

La disposition du musulman qui recherche l'agrément de Allah soubhanahou wa ta^ala, c’est de faire partie de ceux qui apprennent la science de la Religion. Ainsi, il apprendra ce que Allah lui a ordonné d'apprendre. Ensuite, il l’appliquera et s'attachera aux obligations en priorité, car le rapprochement de l'agrément de Allah ta^ala passe par l’accomplissement des obligations avant l’accomplissement des actes surérogatoires. Tout comme Allah ta^ala dit dans le hadith Qoudsiyy : (wa ma taqarraba ‘ilayya ^abdi bichay’in ‘ahabba ‘ilayya mimma ftaradtou ^alayh)

ce qui signifie : « Mon esclave ne se rapprochera jamais autant de Mon agrément que par ce que J’ai rendu obligatoire sur lui ».

Nombreux sont ceux qui commencent par retenir le Qour'an honoré par coeur tout en croyant que Allah s'assoit sur le
Trône. En quoi cette mémorisation du Livre leur sera profitable alors que le Livre de Allah ta^ala les maudit ! En effet, quelqu’un qui croit que Allah a une image ou qu’Il est dans un endroit n'a pas connu Allah ta^ala : le jeûne n'est pas valable de sa part, ni ses veillées de nuit, ni sa prière, ni la zakat ni le pèlerinage ni aucune obéissance. Il est une condition qu’il ait la bonne croyance, à savoir que Allah existe sans endroit et sans comment. De plus, pour que l'état du musulman soit convenable pendant le mois de Ramadan, s'il veut occuper cette période par les actes d'obéissance, il convient qu'il assiste aux assemblées de science de la Religion.

Il est nécessaire qu'il accomplisse les devoirs avant de s'occuper des actes surérogatoires comme le cas de celui qui
a des prières obligatoires à rattraper qu'il a manquées sans excuse valable.

Par contre, celui qui a déjà accompli les devoirs, qu'il s'efforce de réciter le Qour'an honoré durant ce mois d'obéissance, durant le mois dans lequel le Qour'an honoré a été révélé.

Persévérez à lire le Qour'an et ne le délaissez pas. De nos jours, lorsqu'on récite le Qour'an en dehors de la mosquée, certains pensent que cette récitation est pour une personne qui vient de décéder, comme si la récitation du Qour'an n'avait lieu que pour ceux qui sont dans les tombes, pour se préparer à les accompagner au cimetière et lorsqu'on se trouve dans les préparatifs funéraires.

Persévérez à accomplir les obligations dans leur totalité. Après les obligations, attachez vous
à accomplir les sounan, les sounan régulières (les rawatib) et assistez aux assemblées de science de la Religion qui sont organisées dans les mosquées.

Ce seront autant de provisions pour vous avant que vous n’entriez dans la tombe. S’acquitter des obligations fait davantage rapprocher de l'agrément de Allah qu'accomplir des actes surérogatoires. Attachez-vous donc à accorder à l'obligatoire la priorité sur le surérogatoire pour agir conformément à la règle religieuse : celui qui est occupé par l'obligatoire aux dépens du surérogatoire est excusé, et celui qui est occupé par le surérogatoire aux dépens de l'obligatoire est prétentieux.

Occupez votre temps par l'obéissance à Allah, vous ainsi que vos enfants et les gens de votre famille. L'état du musulman pendant le mois de Ramadan, c'est une pureté du coeur et des organes de toute souillure.

Voici mes propos et je demande à ce que Allah ta^ala me pardonne ainsi qu’à vous-mêmes.
Tag(s) : #Discours vendredi

Partager cet article

Repost 0